Témoignage de Magali : Comment j'ai changé mes habitudes numériques et renoué avec moi-même et les autres

21.7.2021

J'ai eu le plaisir d'accompagner Magali dans son ré-équillibrage de ses usages numériques et elle a accepté de témoigner. Extraits de notre interview en 3 parties. 


Qui es-tu Magali ?

Je suis une femme (Lol), j’ai 38 ans, je suis maman de 2 enfants. 

Je suis infirmière depuis plus de 10 ans.

Qu’est-ce qui t’a amenée à vouloir des choses dans ta vie numérique ?

Je me sentais vraiment trop dépendante du portable.

Quand il y avait un bip, je ressentais le besoin d'y aller immédiatement...

Et je ressentais même une sensation de désaccord par rapport à ce que je vivais avec mon téléphone quand j'étais trop dessus.

Je ressentais une sensation de désaccord par rapport à ce que je vivais avec mon téléphone quand j'étais trop dessus.

Comment es-tu équipée en technologies ?

J'ai un portable, une télévision et un ordinateur portable. Et une montre connectée. Je n'ai pas de tablette.

Ce qui te posait souci, c’était...

C’était le téléphone parce que le reste je l’utilise, mais, à mon avis, sans excès. 

Et le téléphone, c'est un usage personnel, un usage professionnel ou les deux ?

C’est les deux mais c'était plus l’usage personnel qui me posait souci.

Je passais beaucoup de temps dessus et ça me frustrait de ne pas faire de choses en physique. Je ne faisais que surfer, je perdais mon temps là-dessus, j’avais l’impression de ne rien faire, en fait. 

Et qu'est-ce qui t'a décidée à changer ?

J'ai vu ton poste sur Instagram avec le mot “se reconnecter”. Ce mot m'a vraiment questionnée. Je me suis dit "Bah, c'est assez fou de se dire qu'en fait, il s'agit vraiment de ça : se reconnecter à soi, ce qu’il faut, et pas juste se déconnecter du téléphone".

Cela m’a intriguée et du coup j'avais envie de trouver une solution pour passer plus de temps dans l'instant présent et pas en train de vivre une vie qui n'est pas la mienne. Etre connecté sur un réseau et voir la vie des autres, en fait. 

Tu avais d’abord fait le challenge "digital detox", non ?

Ha oui, j’avais d'abord fait le challenge des 30 jours. Là, j'avais déjà expérimenté pas mal de choses difficiles à faire. Je pensais qu’elles étaient faciles mais en réalité, elles étaient difficiles : comme le laisser, sortir de chez soi… ça c'était difficile. Mais je voyais les bénéfices en fait au fur et à mesure du challenge.

> Si tu veux faire le challenge, c'est par ici.

C’était quoi le challenge le plus difficile pour toi ? 

Ne pas prendre le téléphone quand on sort et ne pas le laisser dans la chambre par ce que c’est - c’était - mon réveil. Les 2 choses les plus difficiles c’était ça :
Le laisser à la maison et ne pas l'emmener dans la chambre.

Les deux choses les plus difficiles pour moi c’était : laisser le téléphone portable à la maison et ne pas l'emmener dans la chambre, le soir.


Tu m’as écrit : “Merci pour ce challenge parce que j'ai pris du temps pour moi, j'ai pris du temps pour lire pour faire des soins de beauté, des choses personnelles.

Oui et j’ai voulu le partager pour que des amis, des gens de ma famille le fassent aussi pour voir l’impact que ça peut avoir. 

Pendant que tu faisais ce challenge, ça t’a questionnée, toi et tu as questionné ton entourage. Cela t’a fait prendre conscience de certaines choses ?

Oui, surtout par rapport aux enfants, forcément. J'ai pris conscience du fait que d'avoir un endroit où placer le téléphone, de ne pas le toucher me permettait d'être dans l'instant présent. J'ai aussi appris à ne pas de répondre immédiatement au téléphone.

Cela m'a fait réaliser que que je pouvais vraiment changer ma manière de vivre avec les outils numériques.

Donc tu as opéré ces changements et au bout de 1 ou 2 mois, Blam ! "Au secours mes vieilles habitudes ont repris le dessus !", c'est ce que tu as dit !

Ha oui, je ne m’en souvenais plus ! Un mois et j’étais de nouveau accaparée par les posts d’Instagram et je perdais de nouveau du temps, et je sentais que ça ne me correspondait pas. 

Donc j’ai appelé au secours ! "Stéphanie aide-moi !" (Lol)

On a commencé un accompagnement personnalisé. Qu’est-ce qui t’a marquée ?

Le premier contact et les outils utilisés : avec cette roue qui permet de savoir comment on se voit dans notre vie. C’est difficile à expliquer mais il s'agit de savoir où on se situe, au niveau personnel, amoureux, spirituel, etc. Quel est son niveau de satisfaction, en fait.

Pour moi, c’était très marquant. Et l’exercice où on se donnait des adjectifs pour se qualifier, sur nos valeurs, ce qui est important pour nous et qui on est.

Voilà, ce n’est pas juste une formation, c’est une formation plus profonde que ce que je pensais. C’est pas "Comment on se déconnecte du téléphone", c’est : "Comment on se reconnecte à soi." 

Quand on a démarré l’accompagnement, tu avais des souhaits, des objectifs pour "ta vie d’après".

J’avais envie surtout de ne plus l’utiliser au quotidien, de pouvoir le laisser de côté, d’avoir un réveil, surtout les jours où je ne travaille pas, où je ne suis pas d’astreinte.

Et de ne plus être dépendante de lui. 

Ce que je voulais, c'est ne plus être dépendante de mon téléphone portable. 


Qu’est-ce qui a changé au fur et à mesure de l’accompagnement. Qu’est-ce qui est différent maintenant ? 

Je peux partir de la maison, soit je l’oublie carrément ou je peux partir, le laisser posé.

J’ai un réveil - ce n’est pas mon téléphone qui me réveille : il reste en-dehors de ma chambre quand je ne travaille pas.

Je fais beaucoup plus de choses pour moi : je lis, je fais des activités, je me suis remise à faire des choses plus créatives.

En termes d’adjectifs, comment tu te sens ?

Je me sens plus reconnectée à moi, comme le nom “Reconnecter”. 

C’est un nom parfait :-) 

Pendant ce cheminement, quelles ont été tes prises de conscience les plus importantes ?

C’est vraiment par rapport aux enfants : le fait de voir que je passais du temps avec eux, mais que c’était pas du temps réel. Quand j’ai le téléphone dans la main, au final je ne les écoute pas comme je devrais les écouter. Sans ce téléphone je vis vraiment dans l’instant présent, ce que je ne fais pas du tout quand le téléphone est là. Je les écoute mieux, je suis plus présente à moi. Je suis moins happée.

C’est vraiment par rapport aux enfants : le fait de voir que je passais du temps avec eux, mais que c’était pas du temps réel. Quand j’ai le téléphone dans la main, au final je ne les écoute pas comme je devrais les écouter.

Tu dirais que ces changements ont amélioré la relation avec tes enfants ?

Oui, et forcément, cela a aussi amélioré la relation avec moi-même. A la base, j'ai amélioré ma relation avec moi-même puis cela a eu des effets positifs sur les enfants.

Et surtout... le temps que cela m’offre de ne pas passer autant de temps sur le téléphone ! Tout ce temps que je passais à ne rien faire, parce qu’au final, surfer sur internet, c’est ne rien faire. Je le passe maintenant à faire autre chose.

Peut-être aussi à faire des tâches “chiantes”, comme le ménage, par exemple, mais comme je suis moins dans le stress de le faire (car je passais beaucoup de temps sur le téléphone), maintenant je suis plus dans l’instant présent et moins contrainte. Je me sens plus libre.

Et par rapport à d’autres sphères, ton entourage ?

J’avais envie de transmettre cela. Les gens ont remarqué que soit je ne répondais pas, soit que je leur disais “essaie de laisser ton téléphone, de partir faire des courses, pour voir”. Je me suis rendue compte que c’est très difficile pour beaucoup de monde et je pense que cela leur a fait en prendre conscience. 

Tu parlais de tes parents, tes amis.

Quand on voit combien de temps on est sur son téléphone, avec l’outil “temps d’écran” ça fait prendre conscience. Et on regarde d'un peu plus près quels sont les usages.

Qu’est-ce qui a bien marché pour toi ? Comment as-tu fait ? 

Ce qui a bien marché c’est d’avoir un vrai réveil, se réveiller avec un chant d’oiseau, l’aube qui se lève. 

Tu as un super réveil ;-)

Le fait d’avoir une place pour le téléphone et ne pas l’avoir à portée de main tout le temps.

Mes proches, mon conjoint, ont aussi remarqué : je n'entends plus ces commentaires “ha tu as vu le temps que tu as passé sur ton téléphone ?”


Tu as eu d’autres activités qui étaient importantes pour toi, pour remplacer le temps d’écran, non ?  

Depuis que j’ai commencé cette formation, j’ai acheté 6 plantes, j’ai planté une haie. J’avais oublié mais cela m’a fait énormément de bien.

J’ai fait une journée “pour moi”.

J’ai fait des formations, je me suis centrée sur des choses pour moi, un soin du corps, j’ai revu une personne qui m’avait aidée en terme de développement personnel, j’ai fait plus d’introspection.

J’ai refait des choses que je n’avais plus faites depuis longtemps parce que j’étais happée par le téléphone. 


Un de tes premiers gestes était ton retour à la terre… planter des plantes...

Ha oui, ce qui a été fort c’est quand tu m’as demandé quelle était ma journée idéale. Au final, j’ai sorti une journée un peu bateau mais tu as vraiment poussé, poussé le truc pour savoir vraiment ce que c’est ma journée idéale.

Ça a été révélateur pour moi car ce que je voulais vraiment c’est aller dans la nature et je ne m’en rendais pas compte.

Ça a été révélateur pour moi car ce que je voulais vraiment c’est aller dans la nature et je ne m’en rendais pas compte.

Dans le prochain article nous verrons comment Magali a passé sa journée "pour elle" puis ses vacances déconnectées.

En attendant, si vous voulez imiter Magali, vous pouvez prendre un RDV pour un entretien découverte de 30 minutes avec moi. A bientôt !

Je m’abonne à la newsletter !

La santé numérique direct dans votre boîte mail.

C'est Parti !