Pourquoi il faut arrêter de "Phubber" nos enfants

21.7.2021


Le phubbing (le fait de snober quelqu'un en regardant son smartphone) est une épidémie, mais nous pouvons y remédier.


C'est vendredi soir et après une semaine de travail particulièrement longue, vous vous êtes enfin assis sur le canapé pour vous détendre. Vous êtes épuisé et si cela ne tenait qu'à vous, vous vous enfermeriez au sous-sol et vous regarderiez la télé, n'importe quoi, juste pour vous détendre. Mais vous êtes un parent et vous ne pouvez pas mettre votre enfant en veilleuse pendant que vous prenez une pause bien méritée. Alors, vous faites au mieux : vous l'installez à côté de vous avec son film préféré et vous sortez votre téléphone. Vous êtes ensemble physiquement, mais mentalement et émotionnellement, vous êtes à des kilomètres l'un de l'autre.


L'équilibre entre le temps d'écran et le rôle de parent est peut-être l'un des défis les plus difficiles à relever pour les parents modernes.

En tant que parent moi-même, je comprends l'attrait de la technologie comme baby-sitter et comme refuge personnel. Mais prenons un moment pour imaginer la même situation, du point de vue de votre enfant :


Tu as attendu toute la journée pour raconter à ton père le nouveau mouvement de karaté que tu as appris aujourd'hui. Il passe enfin la porte, mais avant que tu puisses lui montrer ton nouveau mouvement génial, il te dit d'attendre la fin du dîner, ce que tu fais. Une fois le dîner terminé, tu commences à montrer ton mouvement avec enthousiasme, mais tu lèves les yeux et tu t'aperçois qu'il ne te regarde même pas ; il regarde son téléphone. Tu te sens triste, stupide et rejeté, alors tu abandonnes et tu vas dans ta chambre où tu ne risques pas d'être ignoré.


Cet exercice n'a pas pour but de faire culpabiliser les parents qui ont vécu une situation similaire. Il vise plutôt à nous ouvrir les yeux sur ce qui se passe autour de nous lorsque nous sommes concentrés sur nos téléphones et sur la façon dont nous pouvons être plus présents avec nos enfants.


Le phubbing

Nous touchons aujourd'hui nos téléphones (tapotement, glissement et clic) en moyenne 2 617 fois par jour et chaque fois que nous le faisons, nous nous retirons d'une certaine manière de notre environnement physique. Ce phénomène est connu sous le nom de "phubbing" ou "phone snubbing" et se définit comme notre tendance à ignorer une personne avec laquelle nous sommes physiquement en présence pour regarder notre téléphone. En tant qu'adulte, cela vous arrive probablement plusieurs fois par jour, que vous essayiez de parler à votre partenaire à la maison ou de capter l'attention d'un collègue au travail. Cependant, ce n'est pas parce que c'est devenu la norme que la personne "phubbée" est OK avec le rejet - et les effets peuvent être particulièrement préoccupants pour nos enfants.


Les effets sur nos enfants

Une étude récente publiée dans le Journal of Adolescence a révélé qu'il existait une corrélation positive entre le temps qu'un parent passe sur son téléphone (en présence de ses enfants) et la probabilité pour cet enfant de développer une dépression. Une autre étude a révélé que 32 % des enfants ont déclaré se sentir "sans importance" lorsque leurs parents utilisaient leur téléphone portable pendant le temps passé en famille. Non seulement ces statistiques sont troublantes d'un point de vue émotionnel, mais le rejet qui accompagne le fait d'être "phubbé" peut faire souffrir nos enfants, car leur cerveau traite le rejet émotionnel de la même manière que la douleur physique.


Le rejet qui accompagne le fait d'être "phubbé" peut faire souffrir nos enfants, car leur cerveau traite le rejet émotionnel de la même manière que la douleur physique.

Aucun parent ne choisirait de causer ce type de détresse chez ses enfants, mais en même temps, nous avons besoin de nos smartphones pour travailler, communiquer et nous divertir. Ainsi, plutôt que de considérer l'utilisation des smartphones comme une équation de type "tout ou rien", recadrons-la comme une question d'intention ou de but. Il n'y a rien de mal en soi à prendre son téléphone pour chercher quelque chose ou répondre à un SMS. C'est quelque chose que nous faisons tous. Le problème se pose lorsque nous prenons notre téléphone par habitude et que nous nous laissons entraîner, sans intention ni limite, dans le vortex d'internet, qui capte notre attention.


La bonne nouvelle, c'est qu'avec un peu de réflexion personnelle et des limites, vous pouvez devenir plus attentif à l'utilisation de votre téléphone et être plus présent. Voici comment :


Réfléchissez à vos habitudes

La plupart de nos habitudes reposent sur un déclencheur et une récompense. Lorsqu'il s'agit de nos téléphones, le déclencheur peut être n'importe quoi, de l'ennui à l'anxiété, en passant par l'accablement. Quelle que soit la raison, lorsque nous le prenons, nous sommes récompensés par une vidéo drôle ou une notification d'un ami. Parfois, la récompense nous fait nous sentir valorisés et d'autres fois, la récompense est simplement d'échapper à la réalité pendant un moment. Pour découvrir votre déclencheur, notez ce que vous ressentez la prochaine fois que vous aurez envie d'attraper votre téléphone. Une fois le déclencheur identifié, vous pouvez remplacer la récompense par une solution plus saine.



Trouvez une alternative

Supposons que votre déclencheur soit l'accablement et que votre récompense soit la distraction.
Au lieu d'attraper votre téléphone pour vous distraire de vos responsabilités sans fin, prenez un moment pour écrire tout ce qui tourbillonne dans votre tête.

Cette échéance de travail qui vous pèse. Notez-la.

Vous n'avez pas passé assez de temps en tête-à-tête avec votre partenaire ? Notez-le.

Vous êtes stressé par l'argent ? Notez-le.

Une fois que tous vos facteurs de stress sont notés, prévoyez un moment pour les reprendre. C'est ce qu'on appelle souvent le "temps de l'inquiétude", qui peut vous aider à gérer vos angoisses en vous permettant de vous adonner à vos soucis sans les laisser accaparer toute votre journée.


Fixez des limites numériques

Fixer des limites numériques a toujours été un défi et cette année l'a rendu encore plus difficile car presque tous les aspects de notre vie se sont retrouvés en ligne. Maintenant que nos vies reviennent à la normale, c'est le moment idéal pour rétablir les limites numériques dans votre foyer. Celles-ci varient d'une famille à l'autre, mais peuvent inclure des éléments tels que l'interdiction du téléphone à table, le placement du téléphone dans une autre pièce quelques heures avant le coucher ou des limites quotidiennes de temps d'écran. Une fois que vous avez déterminé vos limites, mettez en place des contrôles (comme des applications pour le temps d'écran) pour vous responsabiliser et éviter de retomber dans les vieux schémas.


L'équilibre entre le temps d'écran et le rôle de parent est peut-être l'un des défis les plus difficiles à relever pour les parents modernes. Heureusement, une fois que l'on a compris pourquoi on tend la main vers son téléphone, il est plus facile de résister à la tentation et de se concentrer sur ce qui compte, comme ce nouveau coup de karaté !


Traduit de l'anglais  

Publié le 20 juillet 2021 sur https://thriveglobal.com/stories/stop-phubbing/

Auteur :  Amy Blankson, collaboratrice @ThriveGlobal, experte en bonheur et en technologie au Digital Wellness Institute, auteure de #TheFutureofHappiness.



Je m’abonne à la newsletter !

La santé numérique direct dans votre boîte mail.

C'est Parti !